Ministre albanais des affaires étrangères Ditmir Bushati interview sur France24

Le ministre albanais des affaires étrangères Ditmir Bushati a accordé un interview sur la chaîne de télévision France24 ou ce dernier a déclaré que « La réforme judicaire permettra d’effectuer le vetting des juges et procureurs albanais et de vérifier la déclaration de leur patrimoine », a déclaré M. Bushati. « Depuis le début de cette réforme, la majorité parlementaire a insisté sur la nécessité de l’expertise internationale dans ce processus. On mettra en place une commission ad hoc qui sera chargée du processus de vetting, basé sur le principe de l’égalité. Elle sera composée des Albanais qui bénéficieront du fort soutien des experts internationaux », a précisé M.Bushati. Le ministre des Affaires étrangères Ditmir Bushati a indiqué que la réforme de la justice est une réforme majeure, complète, et inclusive et contribue à créer une nouvelle architecture judiciaire, lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision France24. « La réforme judicaire permettra d’effectuer le vetting des juges et procureurs albanais et de vérifier la déclaration de leur patrimoine », a déclaré M. Bushati. « Depuis le début de cette réforme, la majorité parlementaire a insisté sur la nécessité de l’expertise internationale dans ce processus. On mettra en place une commission ad hoc qui sera chargée du processus de vetting, basé sur le principe de l’égalité. Elle sera composée des Albanais qui bénéficieront du fort soutien des experts internationaux », a précisé M.Bushati. Quant aux développements en Macédoine, le diplomate albanais a répondu : il s’agit d’une crise de la démocratie, bien que nous ayons constaté que certains des pays des Balkans occidentaux ont fait des pas en arrière dans le passé. « Il est regrettable de voir les dirigeants politiques dans le pays voisin, en Macédoine, se livrer dans des jeux politiques, influencés par d’autres acteurs. Compte tenu de l’étroite collaboration avec la Macédoine, dans le cadre de divers forums régionaux, nous souhaitons que les autorités macédoniennes trouvent un terrain d’entente pour surmonter les différences et créer les nouvelles institutions conformément aux lois », a déclaré M.Bushati. En ce qui concerne les politiques menées par le gouvernement albanais dans la lutte contre les stupéfiants, il a indiqué que « le gouvernement actuel est le premier depuis la chute du régime communiste qui a fait face à ce phénomène. Avant notre arrivée au pouvoir en 2013, la plus grande partie du territoire n’était pas sous le contrôle de l’État », a-t-il noté. « A l’heure actuelle, nous nous allons nous concentrer sur la stratégie de prévention, parce que nous nous rendons compte qu’il ne suffit pas seulement la présence des forces de police et la sécurité sur le terrain, nous devons fournir tous nos efforts pour décourager le phénomène.Les autorités locales doivent s’engager dans ce processus et nous devons accentuer nos efforts dans la lutte contre la criminalité et la corruption », a indiqué M.Bushati. « Nous collaborons avec d’autres agences, parce qu’il ne s’agit pas d’un phénomène albanais, mais c’est un phénomène régional. Il y a un réseau qui encourage le phénomène », a déclaré M.Bushati se disant convaincu qu’on atteindra des résultats tangibles d’ici la fin de l’année.

L.Th.

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter