45ème anniversaire de la révolte de Spaç

A l’occasion du 45ème anniversaire de la révolte de Spaç, le chef de l’Etat, Ilir Meta, a appelé à l’érection d’un mémorial à la mémoire de tous les dissidents communistes.

Au cours de son discours, le président a déclaré que c’était une obligation de trouver et d’honorer les corps de ceux qui sont morts pendant cette période.

Meta a souligné que le passé devrait être traité de manière transparente, tout en soulignant l’importance de la réparation pour les ex-persécutés.

“Le traitement objectif et impartial des vérités historiques revêt une importance particulière: nous sommes une nation européenne et notre histoire ne peut être traitée en dehors de la perspective européenne de l’Albanie.

“L’intégration de l’Europe elle-même a été créée et est fondamentalement une alliance contre les horreurs passées de la dictature fasciste et communiste.

De ce point de vue, notre pays doit continuer à traiter le passé avec transparence et à rendre justice à la réhabilitation, à l’intégration et à la réparation des personnes politiquement persécutées.

“La dissidence albanaise mérite d’être rappelée et écrite tout au long de l’histoire.

“L’érection d’un mémorial pour honorer les dissidents, les victimes innocentes de la dictature, et leurs souffrances est un devoir de la société, comme le devoir de trouver et d’honorer les corps des morts”, a déclaré Ilir Meta.

L’ambassadrice de l’UE en Albanie, Romana Vlahutin, était également présente pour le 45ème anniversaire de la révolte de Spaç.

Dans son discours, elle a dit qu’il est difficile de penser que dans un pays, au cœur de l’Europe, il y a 40 ans, un garçon pouvait être condamné qu’en chantant les chansons d’Adriano Celentano.

“Les Albanais étaient persécutés parce qu’ils voulaient être des poètes, des peintres et des érudits, parce qu’ils voulaient être comme le reste de l’Europe.

“Je suis humilié devant les devoirs que nous avons de respecter le passé pour que le futur soit plus honnête.

L’UE a lancé un projet qui identifie l’ADN des personnes tuées. Nous avons commencé dans la région de Dajti et cela sera fait pour que les familles puissent commencer à identifier leurs proches dès que possible “, a déclaré Romana Vlahutin.

L.Thomaj

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter