Eqrem Çabej commémoré avec un buste dans les locaux de l’Académie des sciences d’Albanie

Eqerem Çabej est né le 6 out 1908 dans la ville de Gjirokastra. Il a fait ses premières études dans sa ville natale. En 1921 il a terminé ses études primaires et a gagné une bourse pour continuer ses études secondaires et universitaires à l’étranger. Il a fait des études supérieures à Klagenfurt en 1923-1926, à Grac en 1927 et à Vienne en 1930 où il s’est consacré à la philologie.

Eqerem Çabej a commercé à s’intéresser au développement historique de la langue albanaise. En 1933, il a présenté sa thèse de doctorat sur les études italienne albanaise. Après avoir terminé ses études, Çabej est rentré en Albanie où il a travaillé comme maitre de la langue albanaise à l’école secondaire de Shkodër, Elbasan, Tirana et Gjirokastër. Quand la seconde guerre mondiale a éclaté il s’est rendu à Rome, où il a veçu et travaillé jusqu’à juillet 1944.

Çabej s’est spécialisé comme linguiste de la compairison des langue indo-européennes. Il a élaboré son activité scientifique dans le domaine de la languistique, mais aussi dans la folklore, l’étnographie et l’histoire de la littérature. Il a donné une contribution précieuse dans une serie de clarifications etimologiques au cours de l’élaboration du dictionnaire de la langue albanaise publié à Tirana en 1980.

Son activité scientiques ocuppe sans doute un role principal. Elle est divisé en deux périodes: la première continue jusqu’à la libération national et la seconde commence après l’année 1945. Son activité a été conditioné non seulement par ses interets scientifiques, mais aussi par ses occupations. Dans la première période de son activité, il s’est occupé principalement des simples études scientifiques et des publications pour l’école secondaire. Sa productivité de cette période est marqué par un grand interet sur la langue albanaise, le folklore et la littérature. Quant à l’histoire de la langue albanaise, Cabej a étudié la préhistoire. Il a concré une attention particulière à l’origine de cette langue balkanique. A partir du principe ‘d’être objecif, mais pas indifferent’, il rejette les arguments qui nie l’origine illyrienne de notre langue. C’est precisement Çabej qui a publié pour la seconde fois l’oeuvre de Gjon Buzuku, la valeur de laquelle est incalculable. Çabej a appliqué une méthodologie moderne  dans le domaine des études.

Le 10 mai 2003, il a été décoré par le président de la république d’Albanie, Afred Moisiu avec l’ordre “Honneur de la nation.” Le Prof. Eqrem Çabej a su donner, le premier, une orientation aux études historiques, dialectiques et étymologiques relatives à la langue albanaise. Il a donné une impulsion déterminante à la connaissance de la littérature albanaise en développant les études structurelles, notamment en matière de poétique. Il est considéré comme le fondateur du socle théorique du romantisme albanais et de la jeune littérature moderne de son pays. Connu pour sa contribution scientifique, son talent et sa passion pour la poésie n’ont été miss en valeur que plus de vingt ans après sa disparition. Cette dimension renforce l’intérêt du lecteur, à la fois pour l’universitaire, le chercheur et l’écrivain.

L.Thomaj