Pjetër Arbnori – “Mandela des Balkans”

Pjetër Filip Arbnori (18 janvier 1935 –le 8 juillet 2006) était un survivant du goulag albanais. Il a été surnommé Mandela des Balkans» par les hommes d’État albanais en raison de la durée de son internement de 28 ans.
Il est né à Durrës, sur la côte Adriatique. Le président de l’époque Topi a lui accordé l’ordre d’honneur de la nation à Pjetër Arbnori (post mortum)

Arbnori est devenu orphelin à l’âge de sept ans lorsque son père a été tué alors qu’il pendant la guerre civile à la Seconde Guerre mondiale. Bien qu’il ait obtenu une médaille d’or à l’âge de 18 ans, cela ne lui a pas valu le droit de poursuivre ses études.

Mais après avoir été diplômé, Arbnori a travaillé que professeur mais il a été licencié pour des raisons politiques. Finalement il réussit à s’inscrire au Département de philologie de l’Université de Tirana en utilisant de faux documents et il a réussit à terminer un cours par correspondance de cinq ans.

En 1960, Arbnori a commencé à enseigner la littérature dans une école de la ville de Kavajë. Là, il se réunit rapidement avec d’autres intellectuels pour former un mouvement social-démocrate, dans l’espoir de progresser vers une société pluraliste. Le Sigurimi (police secrète) a arrêté sept d’entre eux. Après un procès qui a duré deux ans, il a été condamné à mort. Ce verdict fut par la suite commué dans une peine de 25 ans d’emprisonnement, car les autorités espéraient qu’Arbnori finirait par les amener à prendre d’autres chefs de file.

En prison, Arbnori a organisé les manifestations et la résistance. L’une des façons dont il a préservé sa santé mentale était d’écrire. Il a ainsi rassemblé un roman et de nombreuses nouvelles, dont certaines ont été publiées depuis.

Lorsque sa peine de prison fut presque terminée, ses geôliers y ajoutèrent dix ans de plus. La détention a finalement pris fin en 1989. Il a été arrêté à l’âge de 26 ans et libéré à l’âge de 54 ans. C’est dans cette dernière partie de sa vie qu’il s’est marié et a eu deux enfants.

Toujours insoumis, Arbnori participa bientôt au mouvement populaire qui défiait le régime. Arbnori a été élu à la tête du Parlement, et plus tard réélu trois fois de plus. Il a été élu deux fois au poste de président du Parlement albanais du 6 avril 1992 au 24 juillet 1997 et il figure également parmi les présidents par intérim d’Albanie, en référence à avril 1992.

Il a été renommé comme “Mandela des Balkans” en retenant l’attention des nombreux gouvernements du monde occidental.

Arbnori est mort d’une hémorragie cérébrale en Italie, en 2006. L’homme qui avait survécu à l’emprisonnement à la prison de Burreli, sacrifiant toute sa jeunesse à ses principes, a laissé deux enfants orphelins, encore adolescents. Le gouvernement de l’Albanie, a honoré par une cérémonie officielle de l’État.

Peu après sa mort, la Ministère du Tourisme, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports d’Albanie le 25 mai 2007, est créé le “Prix Pjetër Arbnori de Littérature”, décerné annuellement à un auteur albanais ou international en reconnaissance de sa contribution continue à la littérature nationale et mondiale, qui est équivalent du Prix Pulitzer aux États-Unis.

Kleida Pira