La “ville arménienne”

La colline appelée “ville arménienne” est située au nord du village du même nom et à l’ouest du centre habité de Selenica, à la jonction de la rivière Shushicë et de Vjosa.

Du point de vue topographique, elle domine les mines de bitume de Selenica, ainsi que les collines basses environnantes.

La Direction régionale de la culture nationale de Vlora a déclaré que “le premier à donner des informations sur” la ville arménienne “a été Llambi Durholli, ancien directeur du musée historique de Vlorë et l’un des pionniers de l’archéologie de cette ville. Dans un court article du Bulletin des sciences sociales de 1958, il décrit une colline et des découvertes archéologiques. “

Selon lui, la fortification entourant la colline n’était plus préservée, le material pris dans le mur d’entourage ayant servi à la construction de résidences arméniennes.

Avec la poterie trouvée sur le sol et l’ancien cimetière dans la partie orientale de la colline, on mentionne une ancienne citerne en tiges de briques associée à du mortier. Son diamètre était de 1,62 m et sa profondeur atteignait 3,5 m. Des informations similaires figurent également dans l’article de Tanush Frashëri publié dans le magazine “Monuments” en 1971.

Entre autres choses, il est intéressant de trouver 8 pièces apoloniennes et d’identifier une partie de la nécropole située au sud et au sud-ouest de la colline.

“Les seules fouilles archéologiques ont été réalisées dans la nécropole de la ville, dans un lieu appelé Sparrow par l’archéologue Vasil Bereti. Il a creusé deux tombes du 4ème siècle avant JC. D’autres informations intéressantes sur les découvertes archéologiques proviennent d’observations superficielles dans le cadre d’une expédition menée par l’archéologue Skënder Muçaj “, a déclaré la Direction régionale de la culture nationale, Vlorë.

Les premières découvertes de cette colline sont des fragments de poterie du IV-III siècle avant JC, ainsi que des poteries postérieures de la période romaine et de l’Antiquité tardive. On ignore encore avec quelle ancienne colonie on peut identifier cette colline.

La Direction régionale de la culture nationale indique que “l’identification de l’ancien Nymphée depuis 2017 a commencé une recherche archéologique centrée sur la colline de la” ville arménienne “et son territoire, grâce à un projet franco-albanais mené par les archéologues Saimir Shpuza et François Quantin.

“La ville d’Arménie” a été déclarée monument culturel de première catégorie par le ministère de l’Éducation et de la Culture en 1973.

L.Thomaj

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter