User comments

Le pont des tanneurs, un pont en pierre pavée de la période ottomane du XVIIIe siècle à Tirana

Le pont des tanneurs est une passerelle en pierre de l’époque ottomane du XVIIIe siècle située à Tirana, en Albanie. Le pont a une hauteur d’environ 7 mètres et demi. Le pont de Tabaka une structure en pierre, formée de deux arches. Il se distingue par son architecture harmonieuse, ainsi que par la distribution proportionnelle de ses éléments. Il consiste en une arche principale sur laquelle un pont est élevé. Cette arche a un espace de 8 m et est construite avec 2 rangées de 1 mètre d’épaisseur sur le côté. La hauteur du niveau de l’eau était de 3,5 mètres. Il s’agit d’un pont pavé de 2,5 m de long, avec des pierres asymétriques.

Le pont, construit près de la mosquée des Tanneurs, faisait autrefois partie du chemin Saint George reliant Tirana aux hauts plateaux de l’est. La route était la déroute par laquelle le bétail et les produits enteraient dans la ville. Le pont traversait le ruisseau Lana près de la zone où se trouvaient boucheries et maroquiniers. Le pont est tombé en ruine lorsque la Lanë a été détournée dans les années 1930. Dans les années 1990, le pont a été restauré pour être utilisé par les piétons.

Le pont des Tanneurs faisait partie de la route qui reliait Tirana à Debar par Shëngjergj. La route menant à Debar passait par Priskë e Madhe, Qafe Priskë, Domje, Shëngjergj et se poursuivait par Bizë, Martanesh, Zerqan et enfin Debar. La route reliait Tirana aux montagnes orientales, et était principalement utilisée par les agriculteurs apportant des produits de l’élevage à la ville.

Différentes personnes se sont installées dans la banlieue de Tirana à cette époque, attendant les caravanes de bétail des hauts plateaux. Elles sont devenues des «spécialistes» principalement dans l’abattage du bétail et la transformation de la peau. Certaines vieilles familles de Tirana sont toujours engagées dans cette activité, telles que Xheleti, Kuka, etc. C’est précisément à partir de cette activité de taillage et de tannage qu’on l’appele “Tabakaan” et la rue s’appelait “Tabakë”, ce qui signifie traitement du cuir.

Avec ce nom a également été baptisé le pont du XVIIIe siècle qui reliait les deux rives de la rivière Lana, appelé pont de Tabak. C’est une preuve du développement de la ville et de l’amélioration de la communication avec les quartiers intérieurs. Des personnes ont franchi le pont de Tabak pour traverser la rivière Lana jusqu’aux années 1930. Le vieux pont de pierre témoigne des anciennes traditions de notre pays en matière de construction. Ils prouvent le grand travail des maîtres d’œuvre de Tirana.

L.Thomaj

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter