Fan Stilian Noli – une personnalité polyédrique du peuple albanais

Fan Stilian Noli était une personnalité polyédrique du peuple albanais: politicien, diplomate, scientifique, traducteur, écrivain. Il a apporté une grande contribution dans de nombreux domaines de la vie. Fan Noli est décédé le 13 mars 1965 en Floride aux États-Unis.

Fan Noli Stilian est né le 6 Janvier 1882 à Ibrik Tepe à Andrinople dans la région turque d’Edirne, dans une famille albanaise. Ses ancêtres ont, comme il l’a dit lui-même, émigré de la partie sud-est du pays, la ville de Kolonja en Turquie. Le père a servi comme prêtre, tandis que la mère Maria était une femme au foyer. Le petit Noli était souvent malade et c’est pour cette raison qu’ il a commencé l’école en retard. Il a faite l’école primaire et secondaire à Istanbul en grec. En classe, il était plutôt influencé par la fierté de son village, le passé historique et l’amour de l’orthographe albanaise.

En 1900, il est allé à Athènes, où il voulait étudier la philosophie. Dans la capitale grecque, il a rencontré des entrepreneurs belges d’une association de trafic de chevaux, où il voulait gagner son pain quotidien. Par conséquent, il a renoncé à l’étude de la philosophie. Pendant ce temps, il a fait divers travaux, tels que copieurs, même des acteurs dans une troupe de théâtre grec ou un vendeur. En même temps, il souhaitait écrire des livres. Sa pièce “L’ Éveil ” a été écrite en grec mais a été interdit d’être joué parce qu’il a été découvert que Noli a fait allusion à un mouvement de libération albanais.

En 1903, il est allé en Egypte, où il a travaillé comme professeur de langue grecque. Il traduit le travail des patriotes albanais Sami Frasheri intitulé « L’Albanie ce qu’elle est, ce qu’elle etait et ce que deviendra-t-elle, » en grec entre 1903 et 1905. Ce livre a été imprimé dans la capitale bulgare Sofia.

En 1906, il est allé avec un bateau à vapeur dans le nouveau monde. Il a atteint New York via Naples le 10 mai. Trois mois plus tard, il est allé à Boston, où il a travaillé dans le journal albanais “Kombi” (la nation).

À l’initiative de Noli, les Albanais orthodoxes se sont réunis en Nouvelle-Angleterre et ont fondé l’Église orthodoxe autocéphale albanaise. À 20 ans, Fan Noli est devenu diacre à Brooklyn. Deux ans plus tard, il est nommé prêtre et le 22 mars 1908, il célèbre la première messe en albanais. C’était aussi la première étape de la reconnaissance officielle de l’Église orthodoxe autocéphale albanaise.

Entre 1909 et 1911, Fan Noli a publié le journal “Dielli” (le soleil) pour la communauté albanaise à Boston. En 1911, il a émigré en Europe, où il a célébré des messes en albanais dans certaines communautés albanaises à Odessa, Bucarest et Sofia. En 1912, il était co-fondateur de l’association “Vatra”(le foyer) avec Faik Konica.

Entre 1908 et 1912, il a étudié à l’Université Harvard. Après la proclamation de l’indépendance nationale le 28 novembre 1912, il a soutenu le fondateur albanais, Ismail Qemali et son gouvernement. Pendant ce temps, il a voyagé à travers les villes européennes, telles que Paris, Londres, Vienne où il a defend la cause albanaise dans les chancelleries européenes leur demandant la reconnaissance du nouvel état albanais.

 

En 1913, il est venu pour la première fois en Albanie nouvellement indépendante. Pendant la Première Guerre mondiale, il est rentré à nouveau aux États-Unis, où il est devenu le président du club albanais Vatra. Il était pratiquement le chef de la diaspora albanaise en Amérique du Nord. Après la guerre, il a réussi à persuader le président américain Woodrow Wilson de prendre la parole lors des négociations de paix de Paris sur l’indépendance de l’Albanie, qui pourraient alors être menées à bien. Avec l’inclusion de l’Albanie à la Société des Nations en 1920, le jeune État était reconnu internationalement. Aussi ce succès était essentiellement un mérite Nolis.

Noli était un homme très travailleur. En 1912, il étudie l’art et la musique. À l’âge de 55 ans, il est même diplômé du conservatoire et a étudié l’histoire à l’âge de 65 ans.  En plus de la politique et de la diplomatie, Noli a également traité de la littérature spirituelle. Son livre “L’histoire de Skanderbeg” a servi à éveiller les sentiments patriotiques des Albanais.

Le 5 Avril 1921 Fan Noli a été élu député de la communauté albanaise aux États-Unis et il est retourné en Albanie. Entre 1921 et 1923, il était ministre des Affaires étrangères. Le 21 novembre 1923, il a été  nommé évêque de Korça et métropolite de Durrёs. Le 27 décembre de la même année, il a été élu député de la région de Korçë.

Noli est le premier Premier ministre du gouvernement démocratique qui a émergé après la révolution démocratique-bourgeoise de 1924. Malheureusement, son gouvernement a vécu seulement 6 mois. Son programme de réforme démocratique était très impopulaire dans l’élite politique.

Noli a été renversé par les partisans de Zogu. Il s’est rendu en Italie et puis aux États-Unis, où il a essayé de former une opposition démocratique au roi Zogu en exil à partir de 1932.

Noli a fait de nombreuses traductions en anglais, espagnol et allemand. Shakespeare parle vraiment albanais dans la traduction de Noli. La même chose peut être dite à propos de Don Quichotte de Cervantes.

Un travail très important est le travail d’étude musicale sur la musique et la vie de Beethoven. C’est ce que Noli a résumé dans son livre “Beethoven et la Révolution française”.

Fan Noli est décédé le 13 mars 1965 à l’âge de 83 ans, en Floride, États-Unis.

Le travail et la vie de Fan Noli sont étudiés aujourd’hui dans les écoles albanaises. Certaines écoles portent son nom. L’université de Korça porte son nom, tandis qu’un buste de Fan Noli se dresse devant l’Académie des sciences de Tirana.

/L.Thomaj/